12 décembre 2012 ~ 0 Commentaire

LA GRANDE ILE MADAGASCAR

SUITE/   L’époque vazimba  est celle où un grand nombre de roitelets se partageaient l’Imerina et celle des tentatives de regroupement politique, ce qui exclut le sens ethnique du terme. Par contre ce changement d’appellation par la situation géographique de l’Imerina, au coeur du pays « Ankobatany ou Ankovatany » permet un rapprochement entre le sens géographique « ankova » et le sens ethnographique « hova » , et  l’habitant de  ce fait tire son nom ethnique de l’emplacement  ou des caractères géographiques du pays qu’il occupe: HOVA sur les hautes terres, et pour les côtiers comme Tanala, Antemoro, Sakalava………..! Mais Madagascar est une île et son destin est fait d’hommes qui débarquent.  De toute la vie des côtes, siècle après siècle n’avait été qu’apparition de navires, profils sur la mer de mâts et de voilures, abordages d’hommes imprévus. Même ces rois autochtones de l’intérieur avaient un jour débarqué , eux ou leurs ancêtres, d’une ou des  lointaines  contrées. Tous ces hommes  venus d’ailleurs ont trouvé place dans ce  petit continent. Ainsi, les opinions les plus contradictoires continuent d’être formulées à leur sujet, aussi bien sur leur origine que sur l’époque de leur immigration.. et certains sont tentés à tort d’ailleurs de diviser la population en deux groupes d’origine opposée, l’un asiatique baptisé « hova », l’autre africain baptisé « sakalava ». Certes malgré la ressemblance que nous avions évoquée auparavant, il existe des dissemblances bien marquées par la présence de cheveux lisses et de cheveux frisés et crépus, de teints clairs voire très clair et des teints foncés, très foncés, d’yeux largement ouverts et d’yeux fendus, à l’intérieur d’une même ethnie. Ceci permet de conclure qu’il y a plusieurs » types malgaches »? dont aucun n’est vraiment pur. Mais ceci ne plairait à aucun habitant de cette magnifique grande ÎLE , comme je le suis moi même. Sans aucune prétention autre que d’être nous même, nous, les malgaches ne se veulent rien de commun avec l’Afrique. Il faut savoir que la question de couleur de peau peut varier d’un individu à un autre dans une même famille: les uns peuvent être clairs, très clairs, les autres foncés. . Pour nous, cela provient de nos ancêtres, donc du sang mélangé depuis l’origine et sous entend  l’Asie. On assimile surtout le malgache à un malais même consonnance aux patronymes « RA… et A… »! mais jamais à un africain.. Notons que dans les Hauts Plateaux en IMERINA, les castes se distinguent en trois tribus:le : Andriana :  Première classe, noble par naissance ou sujet libre anobli par un suzerain ,  le deuxième Hova : deuxième classe du royaume après l’Andriana, et le troisième :Andevo, la troisième et la dernière classe. Les malgaches se  reconnaissent entre eux de par leur origine géographiquement parlant que par la morphologie du personnage dont la chevelure.  Mais aucun ne ressemble à un africain ! Nous rappelons quelques faits rapportés qui peuvent éclairer sur ce sujet qui fait l’ambiguïté de ces castes pour un étranger. Tout d’abord, le nom de ce grand roi ANDRIANAMPONIMERINA  s’analyse comme suit : ANDRIANA veut dire NOBLE,  AMPOZINA se traduit RECONNU ou ESPERE et IMERINA: soit LE NOBLE RECONNU DE L’ IMERINA. L’histoire raconte que ce grand roi de la  grande île épousait les filles des roitelets vaincus par lui sur les douze collines entourant ses fiefs AMBOHIMANGA ET ANTANANARIV. Puis il   réorganisait le pays de l’Imerina pacifiée, fidèle  à sa  stratégie politique,  et  il plaçait ses épouses  sur  les douze collines dont elles étaient les héritières légitimes  pour  bloquer toute velléité de révolte dans ces territoires   et aussi pour assurer l’unité des Merina.  De ces femmes, Andrianampoinimerina a des descendants, regroupés dans la catégorie noble des « izimirahalaiavy, izimianadahiavy (les frères)  dirigeaient par la suite des domaines royales.  La colonisation, la république, n’ont pas réussi à endiguer cette tradition dans les « CASTES ». Les malgaches ne peuvent se marier qu’entre individus du même caste, et souvent ce sont les parents du garçon qui choisissent la future bru. Ils observent à la loupe la future bru et s’inquiètent sur la fortune de ses parents et leur situation civile et religieuse. Chez la jeune fille, les parents cherchent surtout un futur gendre « fonctionnaire, ingénieur, bien assis dans le « vononahitra » ou célébrité professionnelle. Quoi de plus naturel en somme? L’âge importe peu, pourvu qu’il gagne bien sa vie et qu’il ne boive pas comme tous les malgaches alentours. Il faut dire que l’alcool, est actuellement le vrai fléau pour cette île. Pourtant la religion chrétienne se répand partout! il faut dire que la scolarisation ne figure pas sur le projet gouvernemental autant que les autres sujets brûlants et urgents depuis plus d’un siècle! oui Madagascar est en retard de trois à quatre siècles sur les autres planètes    / A SUIVRE.

 



 

 



 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

5 October Blog Herrenberg b... |
Florapprendre |
Cabasvanessabruno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dcouvrirparis
| Fourrure531
| Doux, cartes postales