03 décembre 2012 ~ 0 Commentaire

LA GRANDE ILE MADAGASCAR

SUITE                Inépuisable comme la forêt de l’EST voilà un proverbe malgache, pour signifier qu’elle est luxuriante la forêt dans cette région. Une forêt tropicale humide de plus en plus convoitée aussi .On y rencontre des centaines d’essences précieuses. On peut  dénombrer sur cent mètres carrés de de la forêt de Maroentsetra  102 espèces végétales appartenant à 32 familles. En comptant 100 plantes côte à côte, on relève 53 espèces de 24 familles. La pharmacopée traditionnelle malgache fait appel à des centaines de plantes dont les vertus curatives sont connues et des études approfondies pourront mettre en valeur cet  immense trésor naturel. La forêt de l’EST n’est pas hostile, contrairement à ce que pensent les premiers voyageurs étrangers. La forêt tropical humide s’avère hospitalière à l’homme. Elle lui fournit nourriture animale et végétale, remèdes, matériaux pour son abri, ses outils, ses armes de quoi se vêtir, s’orner ou se distraire. 

 

Les caractères biographiques de la forêt tropicales humide de Madagascar ne diffèrent pas sensiblement de ceux des formations tropicales du reste du monde. Les arbres à racines échasses ou contreforts sont plutôt discrets,  les lianes abondants, les fleurs fixées directement sur les bois relativement fréquentes, les épiphytes bien représentés. Parmi ceux-ci, fougères et Orchidées peuvent vivre en pseudo-association sans que l’on en connaisse le déterminisme. On compte plus de mille (1000) espèces d’Orchidées à Madagascar. Toutes sont belles mais dans la plupart des cas fort discrètes. Certaines se distinguent par leur taille ou leur couleur. Certaine espèce possède des fleurs en grappes de dix centimètres de diamètre, jaune verdâtre maculé de gros points verts, d’autre présente des inflorescences pendantes pouvant atteindre 60 centimètres de long avec de grandes fleurs blanches ou vertes à  très longs éperons.
Notons d’autre espèce comme le : Eulophiella  roempleriana  qui semble vivre exclusivement sur les Pandanus des régions marécageuses. Sa hampe de plus d’un mètre de hauteur porte des feuilles de la même taille. La grappe compte 15 à 25 fleurs rouges de 8 à 9 centimètres de diamètre. Les fleurs d’orchidées sont fécondées par des oiseaux ou insectes qui, venant lécher le nectar, accrochent des grains de pollen et les transportent sur d’autres fleurs. La spécialisation est parfois si poussée qu’une seule espèce d’insecte peut féconder la fleur.   ( à suivre)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

5 October Blog Herrenberg b... |
Florapprendre |
Cabasvanessabruno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dcouvrirparis
| Fourrure531
| Doux, cartes postales