26 novembre 2012 ~ 0 Commentaire

LA GRANDE ILE MADAGASCAR

SUITE/

MADAGASCAR possède plusieurs espèces de baobabs dont sept endémiques représentant une variation notable de leurs aires d’expansion.. Dans la forêt de l’ouest A grandidieri est une splendeur du monde végétal. On ne peut décrire la beauté de ces peuplements, quand leurs trocs majestueux rougeoient au soleil couchant. Les graines fournissent une huile appréciée; la récolte des fruits acrobatique s’effectue en escaladant la paroi vertigineuse du tronc au moyen d’échelons de bois fichés dans celui-ci. Les troncs se gorgent d’eau.. A la mauvaise saison les bergers abattent quelques arbres, les ouvrent et en nourrissent leurs boeufs. Ce n’est guère nutritif, on pourra dénombrer les côtes des animaux ainsi alimentés, mais ils pourront ainsi survivre jusqu’à l’époque de l’herbe nouvelle. Les troncs sont souent aménagés en véritables citernes qui recueillent l’eau s’écoulant de la cime des arbres. Entre autres usages, l’écorce des Andansonia permet de confectionner des cordes et liens. Il existe d’autres arbres bouteilles comme les moringa drouhardii, givotia madagascariensis, gyrocarpus américanus. Et d’autres formes de résistances à la sécheresses, telles la réduction des feuilles, la sclérophyllie, la reviviscence. Ce dernier caractère se présente de manière spéctaculaires chez la belle fougère Platycerium quadridichotomum, seule espèce du genre à avoir quitté la forêt humide, sans doute grâce à cette potentialité de se dessécher et de revivre. Des lianes bouteilles, des Begonia,  résistent à la sécheresse et perdant tout ou partie de leur appareil aérien. Le bananier malgache des forêts occidentales, perd complètement ses feuilles et se réduit alors au pseudo-tronc formé par les gaines foliaires. Un autre genre connu par l’espèce éthiopienne dont la partie souterraine sert  d’aliment  à plusieurs populations du Sud abyssin, soit réputé pour présenter une adaptation apparente à des conditions plus froides et plus sèches que les vrais bananiers genre Musa , une aussi étroite concordance entre le milieu et la réaction de la plante n’en demeure pas moins étonnante. Il n’est pas possible de citer toutes les plantes de toute l’ile? Même pas les plus importantes! vraiment trop nombreuses et non répertoriés, ni cités.  Notons néanmoins l’arbre avec lequel on fabrique les cannes au formes torturées qui portent son nom « Mpanjakabe-ny-tany  ce qui veut dire GRAND ROI DE LA TERRE, traditionnellement réservées aux chefs et personnes éminentes, même proposées aux touristes, leur sortie du territoire nécessite une autorisation spéciale des autorités étant protégé.  à suivre.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

5 October Blog Herrenberg b... |
Florapprendre |
Cabasvanessabruno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dcouvrirparis
| Fourrure531
| Doux, cartes postales